Secteur bancaire en crise : la désillusion et la démission chez les conseillers

Le secteur bancaire traverse une période de turbulence, avec une image ternie du métier de conseiller bancaire. Les recrutements sont en hausse, mais il y a également de nombreux départs, notamment des démissions. Par ailleurs, la pression et la désillusion sont fréquentes chez les conseillers, en particulier chez les jeunes de moins de 30 ans. Enfin, la diminution des effectifs et la pression constante sur les résultats sont les principales raisons de cette situation.

publicité

Secteur bancaire : La désillusion chez les jeunes conseillers

La désillusion vis-à-vis de leur métier touche particulièrement les jeunes conseillers bancaires âgés de moins de 30 ans. Effectivement, ils ont une vision différente du travail, avec une envie de mobilité et une carrière moins figée au sein d’une même banque.

publicité

Selon une étude, 31 % des salariés en CDI en 2022 ont démissionné. Ce qui en fait la raison numéro un de départ, loin devant les autres motifs tels que la mutation, la retraite ou le licenciement.

La pression constante sur les résultats, avec des objectifs de vente souvent élevés, ainsi que la compétition entre les conseillers, créent une ambiance malsaine. De surcroît, elles contribuent à la désillusion des jeunes conseillers.

publicité

La pression accrue et le stress chez les conseillers bancaires

La pression sur les conseillers bancaires s’est intensifiée ces dernières années en raison de la diminution des services offerts par les banques. Chaque semaine, les chiffres de vente d’assurances, de prêts et de contrats sont diffusés à tous les salariés. De quoi créer une compétition permanente entre les conseillers.

Officiellement, il s’agit de jeux-concours avec des récompenses, mais cela crée une ambiance très stressante. D’après une étude, 86 % des banquiers ont dû prendre des congés à cause du stress. En outre, 72 % envisagent de quitter le secteur pour éviter un burn-out. En effet, la pression constante sur les résultats et la crainte de ne pas atteindre les objectifs fixés par la direction contribuent au stress et à la désillusion chez les conseillers.

publicité

Les effectifs en baisse et les conséquences sur les conseillers

Le secteur bancaire a perdu en moyenne 1 % de ses effectifs chaque année, avec de nombreux départs non compensés. Ainsi, les banques ont dû revoir leur marge et réduire leurs dépenses en raison des taux d’intérêt bas.

Les conseillers bancaires sont donc souvent surchargés de travail. En effet, ils ont un nombre de tâches et de clients à gérer en constante augmentation. De plus, les équipes ne sont pas suffisantes. Ce qui augmente la pression sur les conseillers et contribue à la désillusion et à la démission.

publicité

D’autres publications dans 

pole-emploi-entre-chomage-et-fraudes-il-continue-daider-les-demandeurs-demploi

Pôle Emploi : Entre Chômage et fraudes, il continue d’aider les demandeurs d’emploi !

lidl-lete-en-approche-la-plante-anti-moustique-est-disponible-a-moins-de-2-e

Lidl : L’été en approche, la plante anti-moustique est disponible à moins de 2 € !

teom-une-hausse-exponentielle-pour-2023-etes-vous-concernes

TEOM : une hausse exponentielle pour 2023 ! Etes-vous concernés ?

retraite-progressive-possibilite-ou-non-de-depart-definitif-a-taux-plein

Retraite progressive : possibilité ou non de départ définitif à taux plein ?

impots-sur-le-revenu-les-sanctions-pour-erreurs-retard-omission-de-declaration-2023

Impôts sur le revenu : les sanctions pour erreurs, retard, omission de déclaration 2023

le-pret-immobilier-une-strategie-infaillible-pour-reduire-le-cout-de-votre-emprunt-immobilier

Le prêt immobilier : une stratégie infaillible pour réduire le coût de votre emprunt immobilier